jeudi 13 octobre 2016

Formatage des illustrations pour livre kindle : retour d'expérience

    Après quelques années de pratique, je reviens à ce problème finalement assez épineux pour le novice et même pour celui qui ne l'est pas.
    Formater des images intérieures pour un livre papier n'est pas bien sorcier si vous respectez les indications données par l'imprimeur (en l'occurence CreateSpace). En revanche, de manière peut-être assez contre intuitive, c'est bien plus délicat pour un e-book, puisqu'il peut être vu sur des appareils différents avec des résolutions maximales et des tailles d'écran différentes.
   Amazon donne assez peu d'infos sur cette question (vous pouvez trouver leurs recommandations dans votre biblio KDP dans la rubrique « formatage d'une image intérieure »). Une des raisons probables au flou entretenu est justement que le formatage idéal d'une illustration dépend de la machine sur laquelle vous allez la visionner et il y aurait sans doute trop de cas à étudier. En fait la seule info vraiment utile et assez précise à la fois que j'ai pu trouver dans cette rubrique est le meilleur rapport pour une image si le but désiré est de couvrir le maximum de l'écran de la liseuse, à savoir 9 sur 11. Bien sûr, rien ne vous empêche d'utiliser un autre rapport. Si comme moi vous faites vos illustrations, il vaut tout de même mieux essayer de se rapprocher de ce rapport ou l'image risque d'être beaucoup plus courte que vous ne le pensiez, avec un blanc suivant l'image, si par exemple la largeur est plus importante, ou très maigre si c'est la hauteur qui excède de beaucoup la longueur avec un blanc à droite de l'écran (dans ces cas-là, mieux vaut peut-être ne pas faire de saut de page et centrer l'image par rapport au texte en hauteur et en largeur, par exemple, ce qui permettra au moins d'avoir une image au centre de l'écran et non collée à gauche ou en haut). En voici un exemple :



   Attention, il s'agit là d'images intérieures, pas de l'image de couverture dont le rapport doit être de 5 sur 8 (H = 1,6 L). Pour cette dernière, les infos données sont suffisamment précises et permettent assez facilement de créer une couverture respectant des critères disons professionnels (vous pouvez les trouver dans les aides qui figurent dans votre biblio quand vous créez la couverture).
    Finalement, mes conclusions à ce sujet sont les suivantes :
- Inutile de choisir une résolution très supérieure à 100 dpi, sauf si votre illustration est très petite et donc peu lourde (en ko). D'abord parce que lors de la conversion au format kindle, elle sera automatiquement compressée. Ensuite pour minimiser quelque peu le poids de votre fichier, qui détermine les retenues sur royalties par Amazon due à la longueur du téléchargement (eh oui, tout se paye, même quand c'est gratuit!) dans le cas où vous avez choisi la formule à 70 %. En fait, même si vous avez des images à plusieurs MB, votre retenue reste assez faible, en raison de la conversion effectuée lors du téléchargement de votre fichier, comme je l'ai expliqué (il est ainsi faux, comme je l'ai lu dans un forum, de dire qu'une image de tant de MB entraîne automatiquement une retenue de tant d'euros : ce n'est pas le poids de vos images originales qui comptent mais celui qui reste après formatage kindle ; et je peux le certifier car j'ai fait l'essai avec des images nombreuses et très volumineuses, bêtement sans doute mais j'ai toujours besoin de vérifier par l'essai ; ceci aurait dû avoir pour conséquence que je paie Amazon à chaque exemplaire vendu si on suivait la règle que chaque MB entraîne 0,1€ de retenue et donc un livre de 20 MB comme c'était le cas, avant formatage kindle, aurait dû me coûter 2€, soit un peu plus que le montant de mes royalties).
- J'ai lu ici et là que les résolutions 72 dpi ou 80 dpi étaient les meilleures. Attention, cela ne signifie pas grand-chose pour un objet qui reste aussi virtuel qu'une image sur un écran. Il ne s'agit pas d'un fichier qui va être imprimé selon des dimensions spécifiées comme dans le cas d'un livre papier. Il vaut bien mieux se fier au nombre de pixels en hauteur et/ou en largeur. De plus, comme je l'ai dit, toutes les liseuses (et toutes les tablettes!) ne sont pas égales sur ce plan ; il vaut donc mieux prévoir un peu plus, en taille (nombre de pixels) ou en résolution! Certaines liseuses en couleur, comme les Fire et Fire HD6 sont réputées avoir des résolutions allant de 171 à 252 dpi ! Finalement, et en conclusion, quelle que soit la taille de mon image (simple vignette ou illustration remplissant l'écran de la liseuse) je m'arrange pour que le plus grand côté soit compris entre 1000 pixels minimum et 1500 maximum, ce qui bien sûr fait fortement varier la résolution. Je ne me soucie donc pas de la résolution, qui en réalité est un problème d'imprimeur et qui ne me concerne donc pas dans le cas présent. Cette taille n'est pas idéale pour toutes les liseuses et toutes les tablettes mais je considère que c'est un bon compromis.
   Reste la question de la mise en page, mais cela dépend tellement du logiciel utilisé que je renonce à rentrer ici dans les détails. Cela mériterait un article à part, que j'écrirai un jour... ou pas.